• Post category:articles

L'ADMR de Tarn-et-Garonne
et son histoire

En 1945, à la sortie de la 2nde Guerre Mondiale, l’écart entre la ville et la campagne se creuse particulièrement. À la campagne, c’est la famille qui assure la solidarité entre les générations. Les hommes doivent travailler la terre pendant que les femmes sont le pivot de l’organisation sociale. Seulement, à cause de la guerre, on voit apparaître une dégradation sociale et familiale dûe à la captivité des hommes et à l’épuisement de la femme se retrouvant seule. Il n’y a pas de travail pour elles à part dans les grandes villes.

Leur seule consolation réside dans des manuels d’enseignements ménagers qui leurs dictent comment maîtriser les différentes tâches ménagères tout en gérant une famille sur plusieurs générations.

« Préserver la famille … et créer des emplois :
deux besoins, une solution ».

Une crise s’annonce dans les campagnes à cause du départ des jeunes filles pour la ville, des personnes âgées qui se retrouvent seules, des mères qui ne peuvent plus faire garder leurs enfants pour aller travailler.
Cette dégradation des conditions de vie a permis l’émergence d’une idée, celle d’imaginer une solution commune : aider les familles rurales tout en fournissant un vrai métier aux jeunes filles.
Le Mouvement Familial Rural (MFR) crée l’Aide Familial Rural avec la Jeunesse Agricole Catholique pour s’implanter dans de nombreux villages français. Ils lancent un appel dans les journaux pour faire naître des vocations aux jeunes femmes pour devenir aide familiale rurale. 

L’Aide Familiale Rurale

Les bases de l’Aide Familiale Rurale sont simples :

une commune = une association = une aide familiale.

Cette vague de solidarité dans les campagnes met en avant une des valeurs fondamentales de l’ADMR avec un double engagement qui est toujours d’actualité : celui d’aider les personnes dans leur vie quotidienne et la création d’emplois de proximité.

Le 15 mai 1945, sept jeunes filles entrent en formation à Saint-Galmier dans la Loire pour devenir aides familiales. Pendant ce temps, le MFR lance un appel à la création d’association pour fournir du travail aux futures aides familiales.

logo AFMR

Les premières associations

Pour créer une association, les familles d’une même commune doivent se regrouper et assumer les obligations pour lesquelles elles se sont engagées auprès des futures aides familiales : le plein emploi, une rémunération, un logement, une couverture sociale…

La première association voit le jour en juillet 1945 à Communay en Isère puis dans la Loire, la Marne, le Jura, la Seine-et-Oise et le Tarn.

« Ce qui m’avait motivé pour créer cette première association, c’était que cette structure permette aux familles de prendre en charge matériellement et moralement les jeunes filles formées qui avaient quitté leur propre famille… Les aides familiales, on les prenait à 25 ans, c’était des célibataires. Il y avait des véritables vocations {…} Ceux qui acceptaient de se lancer dans cette aventure, il fallait vraiment qu’ils y croient. »

Gabriel FABRIES, agriculteur, 1945, fondateur de la première association dans le Tarn. Il deviendra par la suite président de l’Union Nationale de 1963 à 1976 puis de 1980 à 1981.
Fondateur ADMR du Lot

Outre le fait de donner du travail aux jeunes femmes, le but de l’association est aussi de faire l’unité des villages divisés, de rapprocher toutes les familles et de recréer de la solidarité.

L’Union Nationale et les Fédérations Départementales.

Le 14 janvier 1946, les statuts de l’Union Nationale des Aides Familiales Rurales sont déposés pour se détacher du MFR afin de ne s’affilier à aucun courant religieux pour créer un service ouvert à tous. L’Union Nationale ne pourra s’appuyer que sur ces associations locales qui se créent partout en France.

A la fin de l’année 1946, c’est 52 aides familiales qui occupent 52 communes françaises pour aider les familles rurales.

Même avec la création de nouvelles associations, l’idée reste la même : favoriser la vie et les solidarités du village, de faire en sorte que chaque famille puisse être connue des bénévoles de l’association, de tisser des relations d’amitiés… Les associations ont un champ limité car elle emploie qu’une seule aide familiale. Il faut que les familles à seconder ne soient pas trop nombreuses alors que les demandes sont de plus en plus importantes. A cause de difficultés matérielles et logistiques, elles ne peuvent pas faire fonctionner une association trop importante sur plusieurs villages. C’est pourquoi tout naturellement, les associations se réunissent en Fédération Départementale pour garder leur objectif de solidarité villageoise en restant à taille humaine.

L’Aide Familiale Rurale en Tarn-et-Garonne

Il y a 60 ans, le Tarn-et-Garonne était un département fortement agricole avec de nombreuses fermes implantées partout sur son territoire. De 1961 à 1964, le département de Tarn-et-Garonne a accueilli environ 600 familles d’agriculteurs rapatriées d’Afrique du Nord[1].

C’est pourquoi dans une logique de solidarité propre à l’AFR en termes d’aide sociale et d’emplois de proximité, une première association AFR s’est implantée à Réalville en 1950 ainsi qu’une deuxième association à Caussade en 1952, celle de Vallée du Tarn en 1960 puis se sont créées les associations de Saint Nicolas et d’Albias en 1964 pour aider les familles de la commune.

Pour rassembler les différentes structures associatives AFR du département, la Fédération Départementale des Associations Locales d’Aides Familiales Rurales de Tarn-et-Garonne a vu le jour le 18 avril 1955 à Caussade. Elle a pour but de promouvoir et de fédérer les associations d’aides familiales dans le département.

La Fédération a différentes fonctions et permet de :  

  • Structurer les différentes associations
  • D’être un appui technique et logistique
  • D’être un soutien administratif
  • D’aider au développement
  • De renforcer la communication et la cohésion entre les associations.

La Fédération départementale est un réel pilier en charge d’appuyer ses associations qui œuvrent sur le terrain.

En 1976, l’AFR devient l’Aide à Domicile en Milieu Rural (A.D.M.R.) pour concrétiser la diversification vers les personnes âgées.

Depuis 75 ans, l’ADMR continue d’évoluer dans le but d’aider les personnes à domicile, de la naissance jusqu’à la fin de vie, et la création d’emplois de proximité pour rester fidèle à ses engagements et ses valeurs.

logo AFMR
premier logo ADMR
Logo ADMR
ancien logo ADMR
ADMR logo